2010, à voir ou revoir -To see or to see again

J’ai commencé le 1er janvier 2010 avec ma carte de Vœux, « Amour et Paradis »
Je voulais me battre au quotidien avec une autre réalité que l’AFP (Agence France presse) comme référent.
Chaque matin je me disais « Je dois mettre mon image en ligne ».
Je n’étais pas très précis sur les horaires, certains jours sont plus difficiles que d’autres, mais j’ai tenu mon contrat avec moi-même: Marquer 365 jours.
Il en reste une « Œuvre en ligne », comme un livre écrit dans le temps. C’est encore assez rare, sinon unique.
Ceci est la trace d’une performance, un travail avec des hauts et des bas, le questionnement en image d’un artiste de 55 ans en 2010. Certainement pas la référence, mais un regard bien particulier.
A voir ou à revoir, chaque images est une histoire à elle seule, avec plusieurs degrés de lectures.
Obscène, fascinant, dérangeant, non merci, magnifique, horrible, superbe ;
Les qualificatifs en tous genres m’ont accompagnés, toute l’année, loin de l’indifférence, feinte ou non, de certains.

Le résultat est l’image d’une expérience tonique et vivifiante qui ne s’arrête que dans l’espace du blog, je poursuis mon travail d’artiste et je n’ai pas l’intention de m'immobiliser.
12425 visiteurs uniques sont passés, dont 4077 sont revenus au moins une fois, entre le 15 février (date ou j’ai placé un compteur sur le blog) et le 31 décembre 2010.
C’est plus que gratifiant pour ce travail et pour moi bien entendu. Une exposition ne m’a jamais donné cette ouverture et cette reconnaissance dont se nourrit un créateur.

Un grand merci à tous ceux qui me soutiennent par leurs commandes ou leurs achats de photos, merci à vous et à bientôt.
Je vous souhaite tous mes voeux de bonheur et réussite pour 2011

I began January 1st, 2010 with my card of Wishes, " Love and Paradise "
I wanted to fight to the everyday life with another reality than AFP
(Agence France presse) as the referent.
Every morning I said myself " I have to put my image on-line ".
I was not very precise on schedules, some days are more difficult than the others, but I held my contract with myself: stand out 365 days.
There remains a " on-line Work ", as a book writes in the time. It is still rare, otherwise unique.
This is the track of a performance, a work with ups and downs, the questioning in image of a 55-year-old artist in 2010. Certainly not the reference, but a very particular glance.
To see or to see again, every images is story, with several degrees of readings.
Obscene, fascinating, disturbing, not thank you, magnificent, horrible, magnificent;
Qualifiers in any kinds accompanied me, all year long, far from the indifference, feigned or not, from some.
The result is the image of a tonic and vivifying experiment which stops only in the space of the blog, I pursue my work of artist and I do not intend to stand still.
12425 unique visitors are crossed among which 4077 returned at least once, between February 15th (When I placed a stat-counter on the blog) and December 31st, 2010.
An exhibition has never given me this opening and this gratitude which is feeds of a creator.

One thank you in all those who support me by their orders or their purchases of photos, thanks to you and « I see you soon ! ».
My best wishes for 2011


Ma contribution aux rituels du quotidien

Chaque jour de 2010, je mets en ligne une nouvelle image de ma composition. Il y a du pire et du meilleur, du mauvais genre et du bon. J'apporte ainsi ma contribution aux rituels du quotidien.

22 novembre 2010

Falling in Love in Brest - Barbie & Ernesto à Brest (29200 brittany)

Ernesto : Enfant déjà, Je rêvais de baiser la bouche de la madone du capitalisme.
               I dreamed to kiss the mouth of the madone of the capitalism.
Barbe : Trop beau le latino, J’espère qu’il me fera danser la salsa...

19 novembre 2010

J'aimais beaucoup Blanchette, la chèvre de Monsieur Seguin... I liked very much Blanchette, mister Seguin's goat...

M. Séguin n'avait jamais eu de bonheur avec ses chèvres. Il les perdait toutes de la même façon : un beau matin, elles cassaient leur corde, s'en allaient dans la montagne, et là-haut le loup les mangeait. Ni les caresses de leur maître, ni la peur du loup, rien ne les retenait. C'était, paraît-il, des chèvres indépendantes, voulant à tout prix le grand air et la liberté.
Alphonse Daudet 
Mr Séguin had never happiness with his goats. He lost them quite in the same way: beautiful morning, they broke their rope, went away in the mountain, and above the wolf ate them. Either the caresses of their master, or the fear of the wolf, nothing held them. It was, it seems, indepenent goats, wanting at all costs the open air and the freedom. 
Alphonse Daudet 

16 novembre 2010

Attachment

 Je recherche, pour relations photographiques uniquement, des femmes de caractères qui accepteraient d'être attachées à l'objet de leur vie, de leur fantasme, de leur addiction... 

 

13 novembre 2010

1964, j'avais 9 ans - On 1964, I was 9 years old


On 1964, I was 9 years old and I did not understand the injustice of the life, I believed that the man was mainly good and that everything could be better. But I did not believe in Santa Claus.
1964, j'avais 9 ans et je ne comprenais pas l'injustice de la vie, je croyais que l'homme était majoritairement bon et que tout pouvait s'arranger. Mais je ne croyais déjà plus au père Noël.

12 novembre 2010

WILD LIFE 1.4

 
Lesconil 29740, Bretagne, France : Criée désactivée - Brittany, France : Deactivated fish auction